Interview pour Le Magasine Hors-Texte de Genève - Qui se cache derrière Bookenfolie

Il y a quelque temps, une amie et stagiaire en Bibliothèque d'école m'a demandé une interview pour le journal 

des Bibliothécaires de Genève : Le Magasine Hors-Texte. J'ai donc accepté et voici la retranscription :)





Vanessa Chatelain : Bonjour Bookenfolie, peux-tu nous dire qui es-tu vraiment ?

Qui je suis vraiment ? C’est une question difficile ; je suis à travers le regard des autres, mais me voici à travers mon regard : Une fille tout d’abord, âgée de 16 ans et vivant en Suisse romande. Étonnamment j’aime lire, danser, cuisiner, jouer du piano, rêver, écrire parfois, manger du chocolat et des macarons, fouiner dans de petites librairies, parler, rire, pleurer, chanter sous la douche, faire des sushis avec des amis, photographier la nature et les gens, me rendre à des évènements livresques, voyager, tomber amoureuse, faire des cadeaux (et en recevoir), … ça, c’est moi. Je suis une adolescente passionnée par les mots, à la fois mélancolique et tirée par les bras du futur.


- Comment t'est venue l'idée de créer un blog ?

J’ai toujours aimé les livres, mais c’est vers mes 12 ans, lors de la sortie de Twilight, que j’ai voulu chercher de l’actualité sur cette série vampirique. A travers ces recherches, j’ai découvert de nombreux blogs littéraires (l’un des premiers était celui d’Alicia : Accrocdeslivres). Je trouvais le concept génial et j’étais ravie de découvrir des personnes aussi passionnées que moi. J’ai donc voulu faire comme eux. Après deux tentatives ratées, j’ai lancé Bookenfolie à 14 ans. Au début, mes chroniques étaient toutes petites, mais en grandissant aux côtés de cette passion, le blog a évolué. A 16 ans, Bookenfolie continue de grandir, tout du moins je l’espère, avec des projets plein la tête J


- Que penses-tu de la littérature jeunesse ?

Et bien, disons que c’est ce que j’aime et c’est ce qui me fait rêver. Mise à part pour les cours, je lis rarement de la littérature adulte car j’ai peur de perdre le goût de la littérature jeunesse. C’est un raisonnement étrange, je ne serai d’ailleurs pas étonnée d’être habitée par le syndrome de Peter Pan, mais j’ai encore envie de m’évader, d’oublier la réalité parfois un peu trop dure. J’aime mordre la vie à pleine dent, mais les livres doivent rester un monde imaginaire afin de me désencrer constamment pour ainsi de pas m’enfermer dans la mentalité de la plupart des adultes ; celle d’oublier que rêver est autorisé…


D’où  t’est venue l’envie de faire un chapitre sur les métiers du livre ? As-tu eu des soucis pour trouver des intervenants ?

Le monde du livre me passionne. J’adore lire, rencontrer des auteurs, des lecteurs, me rendre à des Salons du Livre… Il ne m’était donc pas très difficile de m’intéresser aux métiers qui s’y réfèrent (pas celui de lecteur bien entendu, celui-ci, je pense m’y connaître !). Je me suis rendue compte que de nombreux métiers sont cachés derrière les beaux sourires d’écrivains. J’ai donc voulu creuser. Et quoi de mieux qu’une expérience personnelle pour partager un métier ? Une interview pétille, alors qu’un texte explicatif, surtout écrit par moi, risquerait fortement d’endormir les lecteurs.

Pour la question des intervenants, j’avais déjà des idées précises. Je souhaitais contacter des personnes que je connaissais, ou qui m’interpellaient. J’ai envoyé des mails pour obtenir les adresses de professionnels qui m’intéressaient, passé quelques coups de téléphone et le tour était joué. Le plus dur a été de trouver « l’auteur ». J’ai beaucoup réfléchi à la question car je ne pouvais pas prendre « n’importe qui ». C’est finalement Nicolas Jaillet qui s’est imposé à moi car celui-ci avait tourné des vidéos pour conseiller les jeunes écrivains. J’avais adoré son travail, alors je lui ai proposé ce projet. Et il a accepté !


Que penses-tu de la vie de la littérature jeunesse en Suisse Romande ? Y a-t-il selon toi une bonne communication avec les éditions françaises ? Que ferais-tu pour remédier à cela ?

Il ne manque pas de librairies et de romans jeunesses en Suisse Romande, mais à mon avis, il manque d’événements autour des livres. Quand je dis « événements », je pense aux dédicaces, aux rencontres et aux forums de discussion avec des auteurs de romans pour adolescents. Le Salon du Livre de Genève invite de nombreux auteurs de littérature adulte, quelques illustrateurs et écrivains d’album pour enfants et deux ou trois auteurs de romans pour les 12-18 ans. Au risque de choquer certains, je trouve aberrant d’inviter un plus grand nombre d’auteurs d’album pour enfants que des écrivains de romans pour adolescents. Les enfants de six ans s’enfichent de rencontrer un auteur, pour eux, l’important est de lire l’histoire ou de regarder les images, alors que des adolescents auront certainement plus de plaisir et plus d’entrain à discuter avec leur auteur favori. Ce serait bien qu’il y ait un équilibre.

Pour ce qui est de la communication avec les éditions françaises, je pense sincèrement que la communication n’est pas encore bonne (sauf peut-être Gallimard Jeunesse qui a offert plusieurs auteurs en dédicaces). A chaque fois qu’un grand écrivain fait une tournée dans les pays francophones, il ne voyage qu’en France et surtout à Paris, Lille, Toulouse, Lyon, … C’est normal de promouvoir à Paris et dans les grandes villes françaises, mais un petit tour à Genève ou Lausanne serait aussi le bienvenu ! Il y a des lecteurs soyez en sûrs, ils ne sont peut-être pas encore très informés des possibilités existantes, mais si rien n’est organisé, cela paraît logique. Alors pourquoi ne pas leur faire découvrir cette part du monde des livres ?

Pour y remédier, à mon échelle, je pourrais proposer des auteurs francophones ou étrangers aux festivales du livre et contacter ces auteurs ou leur attaché de presse personnellement en leur proposant en parallèle des interviews. J’aurais également la capacité de faire la promotion sur Bookenfolie, de distribuer des flyers dans les bibliothèques genevoises et d’en parler le plus possible autour de moi.

Certains diront que je rêve un peu trop, mais rêver est l’une de mes spécialités, alors autant développer ses capacités le plus possible pour peut-être un jour, entrevoir le bout du tunnel et apercevoir les lumières de l’aurore…


Un grand merci à Vanessa et à Mme Noetzlin Responsable-métier du réseau des bibliothèques scolaires de Genève.
Tags: × × × × ×

Articles liés

9 commentaires

  1. c'est génial ! Une occasion unique ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Eh, mais c'est la classe, ça !! ;) Bravo Lena !

    RépondreSupprimer
  3. rooh merci <3 je suis super contente de t'avoir donné l'envie de créer un blog littéraire :D

    (on en découvre des choses tous les jours ^^)

    RépondreSupprimer
  4. superbe interview en tout cas :D

    RépondreSupprimer
  5. Tu as la une super expérience !

    RépondreSupprimer
  6. @Nathan : Oui, c'est génial qu'on m'ai proposé ça !

    @Jo' : Merci :P

    @Melisande : Oui c'est toi :D Merci pour le compliment ;)

    RépondreSupprimer
  7. C'est la classe dis moi :)
    J'aime bien ta manière de répondre aux questions. Et je suis un peu comme toi, ma passion pour les livres c'est accrue, grâce à la saga "Twilight". Tout comme toi, j'ai découvert de nombreux blogs sur les livres, qui me donnaient encore plus envie de lire, et de faire comme ces blogueurs ( j'ai fais des tentatives, mais toutes ratées), et j'ai surtout, rencontré des personnes qui sont aujourd'hui, devenues des amies.
    Et, je suis d'accord avec toi, je trouve que les auteurs devraient se déplacer dans plus de villes, et dans d'autres pays aussi.

    Et si j'aurais les moyens, j'irais aux Salon du Livre de Paris tous les ans ! :)

    Tu ne lis jamais de livres d'adultes ? Musso ou autres ?

    RépondreSupprimer
  8. @Little A : :D
    ça me fait plaisir que tu apprécies :) Beaucoup de lecteurs ont été boostés par Twilight, effectivement ! Et encore une fois, je suis d'accord ; ça nous permet de faire de superbes rencontres !

    Quand je dis "adulte" je pense en fait aux classiques... lapsus. Si, je lis parfois du Musso, du Levy ou du Anna Gavalda (j'ai adoré "Ensemble, c'est tout"), mais je reste tout de même bien attachée à la jeunesse/ YA ;)

    RépondreSupprimer
  9. Ahh oui, je suis d'accord avec toi pour les classiques, j'en ai lu très peu, et je préfère la lecture "jeunesse", moderne si l'on peut la qualifier ainsi :)
    Et Ensemble c'est Tout, est un chef d’œuvre :)

    RépondreSupprimer